Les identités numériques

carnet de recherche vie privée données personnelles identité numérique dispositif identitaire sciences de l'information et de la communication facebook google réseaux socionumériques

Le côté obscur de l’identité numérique

Sometimes above is below
Creative Commons License photo credit : gullevek

En général, pour mon cours sur la théorie de la comm’, je fais toujours une intro à partir des données fournies grâce à l’étude how much information ? Quand on voit la quantité d’info produites et conservées en 1 an, on est toujours sidéré.

Aujourd’hui, j’ai découvert une nouvelle étude que j’intégrerai dans mon prochain cours ; mais aussi un point crucial pour mon travail de recherche sur l’identité numérique : en effet, …j’ai trouvé une accroche (..?) L’introduction de mon introduction. Le pourquoi du comment ! Le truc qui justifie tout le reste.

En l’occurence une nouvelle enquête sur les données produites (en 2007), réalisée par International Data Corporation et publiée sur EMC².

  • 281 exaoctets d’info produites (10% de plus que ce qui avait prévu)
  • 1800 exaoctets prévus pour 2011
  • Parmi ces infos, la proportion de données visuelles croît considérablement (plus d’appareils photo numériques, de vidéosurveillance, de sites de stockage photo/vidéo)
  • Idem, les conteneurs croissent plus vites que les contenus (puces RFID, capteurs, VoIP, VOD, etc..)

Mais la notion fondamentale de l’étude est la suivante :

Nous avons découvert que seule la moitié environ de votre empreinte numérique relève de vos propres agissements, comme prendre des photos, envoyer des courriels ou passer des appels avec un téléphone numérique », déclare John Gantz, enquêteur principal chez IDC. « L’autre moitié relève de ce que nous appelons l’ombre numérique : c’est l’ensemble des informations qui vous concernent. Pensez aux noms dans les bases de données financières, aux noms sur les listes de mailings, aux historiques du comportement de navigation ou aux images prises à votre insu par des caméras de surveillance dans les aéroports ou les centres urbains. Pour la première fois, votre ombre numérique est plus grande que les informations numériques que vous créez activement.

Tout cela a des conséquences, notamment au niveau des organisations ayant la gestion de ces données :

  • garantir la fiabilité des données
  • surveiller les accès à ces données
  • rester dans un cadre légal et déontologique
  • prévoir l’impact écologique des conteneurs

Quant aux individus, cela engage :

  • l’économie de leur données personnelles (quelle quantité d’infos diffuser sur le web ?)
  • la vigilance face aux dispositifs de surveillance électronique (biométrie, vidéosurveillance, fichage)
  • la gestion de leur réputation en ligne (traçabilité, droit à l’oubli, personal branding)

Laisser un commentaire