Les identités numériques

carnet de recherche vie privée données personnelles identité numérique dispositif identitaire sciences de l'information et de la communication facebook google réseaux socionumériques

Si vous êtes entrepreneur, intéressé par les questions d’innovation, notamment dans le champ du traitement des données personnelles et de la protection de la vie privée, ce dossier peut vous intéresser.

A travers les billets C’est lundi, c’est privacy, je présente régulièrement les innovations des grandes organisations (entreprises, Etats, ONG) et des structures émergentes. Jusqu’à présent, les analyses proposées dans ces billets comme dans les publications ou communications scientifiques mobilisaient principalement (et souvent combinaient) :

  • une approche archéologique – faisant état des rapports de force institués par l’État – et désormais par de grandes firmes – dans les dispositifs identitaires, et ce à travers les siècles (lire par exemple un vieux billet, D’un mur à l’autre, ou bien une partie du chapitre 1 de la thèse)
  • une approche socio-économique – révélant les formes de détermination entre les stratégies économiques et les pratiques sociales (comme c’est le cas avec la réputation, que j’ai traité ici et , avec Camille Alloing ou dans des publications)
  • une approche sémio-pragmatique – centée sur les interfaces et ce que les utilisateurs font avec, révélant les potentialités et les tensions entre l’architexte des dispositifs et les usages situés (relations détaillées dans plusieurs productions)

Ces approches sont dites critiques, c’est-à-dire tenant à distance les objets étudiés : elles visent à produire des connaissances afin d’expliquer les stratégies des organisations, le fonctionnement des dispositifs et les pratiques sociales. En en saisissant les enjeux, il serait possible d’envisager des pistes d’amélioration pour l’un ou l’autre des différents acteurs. Ce sont des perspectives que j’avais déjà envisagées dans quelques publications (à travers le billet consacré à L’ingénierie de la vie privée, ou à travers l’article publié à l’occasion de WebScience 2013 Reverse privacy engineering). Les réflexions conduites autour des questions de littératie (ici et ) s’inscrivent également dans cette volonté de penser la construction de dispositifs innovants et respectueux de la vie privée.

Pour autant, je n’ai pas mobilisé les notions ni les méthodes propres à l’économie de l’innovation. C’est ce que je projette de faire dans ce billet : présenter et combiner des outils pour concevoir des dispositifs identitaires dans le respect de la vie privée1. Cette boîte à outils contient trois étages, trois ensembles de notions et de méthodes.

  1. L’économie de l’innovation : les nouveaux dispositifs pénètrent la société, poussés par les progrès de la Technique ou par les demandes du Marché. Il est possible alors de rencontrer des cas de succès ou d’échecs commerciaux qu’il faut être en capacité d’expliquer afin d’anticiper la réception, et les recettes, de la prochaine innovation (1ère partie)
  2. La sociologie des usages : ces dispositifs bouleversent la poursuite de pratiques préexistantes (se socialiser, se divertir, s’informer, travailler, prendre soin de soi et des autres). Il est possible ainsi de voir comment les individus font usage des dispositifs, afin d’anticiper la conception de la prochaine innovation (2ème partie : à venir)
  3. Le design : cette conception des dispositifs identitaires convoque des méthodes que les sciences du design combinent. Il est alors possible de penser conjointement les effets de production et de réception des dispositifs, dans le respect du cahier des charges : c’est-à-dire le respect de la vie privée. (3ème partie : à venir)

Principales références bibliographiques

Notes

  1. Petit rappel : un dispositif identitaire est un espace de médiation de données personnelles, c’est-à-dire un espace de production et de réception de données personnelles, les processus de production/réception pouvant être réalisés par le titulaire des données personnelles ou par un tiers (par soi ou par un autre). Que l’on pense aux registres d’État civil, aux bases de données clients, aux cartes d’identité, aux réseaux socionumériques, aux CV, badges, uniformes, aux systèmes d’authentification, de vidéosurveillance, de traçage, etc., etc..

Laisser un commentaire