Les identités numériques

carnet de recherche vie privée données personnelles identité numérique dispositif identitaire sciences de l'information et de la communication facebook google réseaux socionumériques

C’est lundi, c’est privacy

Quelques infos en vrac

  • Une nétiquette pour Google Glass : un « don’t be evil! » adressé aux usagers. Une bonne façon de faire accepter la techno par les non-usagers…
  • Une réforme de Google Search : un « don’t be evil » adressé par la CNIL. Olivier Ertzscheid y voit de l’espoir : [do action= »q »]parfois c’est le politique qui gagne[/do] face aux algorithmes. C. Auffray montre, sur ZDnet, à quoi ressembleront les prochaines SERP.
Les 'alternatives' présentées sur Google Search

Les ‘alternatives’ présentées sur Google Search

Enquête Orange/LoudHouse - Guillaume Champeau pour Numerama

Enquête Orange/LoudHouse – Guillaume Champeau pour Numerama

  • Le CPO responsable marketing de Baidu (réseau social chinois) fait état des efforts déployés pour se mettre en conformité avec les standards occidentaux. A l’inverse, Porter Erisman, le VP d’Alibaba en Chine (2000 à 2008) explique lors d’une conférence Lift ce qu’est la confiance dans ce pays, et ce que cela implique pour un site d’e-commerce. Un autre conférencier raconte la même chose pour l’Afrique : si le marché est dans la rue, c’est là seulement que peut naître la confiance ! (source : Hubert Guillaud/InternetActu)
  • Microsoft mixe Apple Siri et Google Now : Cortana, l’assistant personnel devrait apparaitre bientôt au sein des Windows Phone. Cortana apprendra tout seul les centres d’intérêt de l’utilisateur (contacts, lieux, agenda, etc.) afin de proposer de meilleurs services (porter à votre attention certains messages, prédire des requêtes). Mais il est prévu qu’une application de réglage des paramètres de confidentialité soit fortement intégrée à Cortana, afin que l’assistant ne soit pas trop intrusif : bref, un vrai secrétaire !
  • Tout le monde sait ce qui se passe en Ukraine, un expert de l’IAPP analyse la situation au regard de la protection de la vie privée. En effet, depuis le 1er janvier 2014 est entrée en vigueur une nouvelle loi pro-européenne sur le traitement des données personnelles. Réforme sur l’autorité en charge de cette mission, adoption/renforcement de la doctrine sur la catégorisation des données (sensitive/risky). 2 semaines après : un paquet législatif restreint la liberté d’expression. Jeudi noir en Ukraine. A suivre…

Quelques chiffres…

  • 42000 apps infectées dans Google Play
  • 63500, c’est le nombre de demandes de la FISA soumises aux principales firmes du web sur le premier semestre 2013 : Google, 10000 + Facebook, 6000 + Microsoft, 16000 + Yahoo!, 31000 + LinkedIn, 250 + Apple, 2300. Des chiffres en hausse par rapport aux périodes précédentes…
  • 100.000 terminaux pour le paiement sans contact, déployé par Orange, Ingenico et BNP Paribas : un effort de plus vers le mobile banking ?
  • 19 milliards de $ : Facebook rachète WhatsApp ! Revue de presse rapide : dans la newsroom de Facebook, sur Le Monde informatique, un blog du Monde (SiliconValley), sur servicesmobiles.f. En fait, il y a $12M en actions, $4M en cash et $3M en stock-options pour les fondateurs. Ça reste quand même énorme ! Risqué ? 3 jours après, WhatsApp tombe en panne. L’appli coûte $0,99 à partir de la première année. Même si les 450 millions d’utilisateurs adhèrent, même si le milliard espéré par Zuckerberg accepte de payer un service de messagerie, il faudra 20 ans pour se rembourser. D’autant plus que le fondateur de Facebook estime [do action= »q »]les publicités ne sont pas le meilleur moyen de monétiser les services de messagerie[/do].  Mais c’est un moyen quand même, surtout avec un phonebook augmenté de 450 millions d’entrées. Néanmoins, cela s’inscrit dans la nouvelle stratégie Mobile First prônée par Zuckerberg, et initiée avec Instagram ($1M en 2012), puis relayée dans Paper. Pourtant, cette dernière app, comme Poke ou Home (version Android) n’ont pas été des succès retentissants. De même que la tentative de racheter SnapChat ($3M) a été un #fail. Or, l’étude des socialisations médiatisées nous rappelle qu’il ne sert à rien d’engranger du graphe social : l’entre-soi domine et les conversations se nouent en petit nombre. C’est le cadre privatif qui importe, pas le canal. Les talents de Facebook sont-ils si insuffisants pour séduire les jeunes utilisateurs qu’il faille aller acheter les idées des autres ? Facebook est-il définitivement un truc de vieux ? Vers quelle nouvelle app les jeunes vont-ils migrer ? Comme le service de photo, WhatsApp restera une marque et une application indépendante. Y compris au niveau des conditions d’utilisation ? Quid de l’anonymat autorisé dans les deux apps ? Enfin, dans quelle mesure ce rachat s’inscrit dans un autre projet de Facebook, celui de fournir un accès internet à 5 milliards de personnes ?
WhatsApp/Facebook en quelques chiffres (source : We Are Social)

WhatsApp/Facebook en quelques chiffres (source : We Are Social)

 

Quelques lectures…

  • Sur AmericanScientist : Uniquely Me! How much information does it take to single out one person among billions?

Et un p’tit coup de parano pour finir…

The Day We fight Back

The Day We fight Back

Laisser un commentaire