Pourquoi les chaînes de valeurs ont-elles été internationalisées ?

Divers rapports publiés par les institutions économiques internationales, dont l’Organisation mondiale du commerce (OMC), soulignent l’importance des chaînes de valeur mondiales (CVM) pour le développement. Ils affirment généralement que, bien que les chaînes de valeur mondiales existent depuis longtemps, le niveau et l’intensité de l’interaction mondiale changent rapidement, de même que la nature du commerce. Alors que le commerce international « classique » consistait en l’échange de biens fabriqués pour la plupart à l’intérieur des frontières nationales, la production implique aujourd’hui de plus en plus de biens et services intermédiaires (pièces, composants et tâches) provenant de différentes parties du monde.

Selon le récit de ces rapports, le « développement » exige aujourd’hui la capacité des États à créer un environnement réglementaire qui permette aux entreprises efficaces de « se moderniser technologiquement » et de s’insérer dans les chaînes de valeur mondiales afin d’ajouter de la valeur et, par conséquent, de récolter une plus grande part des revenus. Comme le développement est assimilé à une plus grande capture de valeur, les « pays en développement » devraient adopter un nouvel ensemble de règles pour faciliter et développer le commerce de la chaîne de valeur. Considérées sous le nom de dispositions « WTO plus et extra » parce qu’elles vont bien au-delà des engagements actuels de libéralisation et s’étendent à des domaines non couverts par l’Organisation, ces règles renforcent la protection des droits des investisseurs, en particulier leurs droits intangibles, et renforcent la libre circulation des capitaux.

Lire également : Quel est votre plan d'action ?

Le commerce de la chaîne de valeur : une nouvelle ère de développement ?

Je Commencez par deux observations avant de faire un point sur la valeur. Le premier est que l’insistance que les pays dits en développement reconnaissent et s’adaptent aux la sagesse en matière de développement lié au commerce n’est pas une nouveauté au sein du système multilatéral système commercial, mais on peut remonter à l’époque postcoloniale. Comme l’ont soutenu les chercheurs post-développement et TWAIL, le colonialisme a a non seulement façonné la formation de doctrines juridiques modernes et d’institutions d’après-guerre ; mais aussi l’idée même de développement, en tant que système de connaissances (européennes) a ordonné le monde à travers des hiérarchies très problématiques — raciales et culturelles d’abord, et économiques plus tard — exigeant que les sociétés en fin de développement se conforment la rationalité de ceux qui sont au sommet. La deuxième observation est que, contrairement à à l’hypothèse que le droit doit s’adapter ou s’adapter à l’économie exogène des processus tels que les CVM, le droit peut être considéré comme participant à la fabrication de ces processus. Comme l’ont souligné des juristes critiques, il existe une pluralité de la façon dont la loi façonne la structure, tout en étant à son tour affectée par, et organisation de la production à l’échelle mondiale (commerce, entreprise, propriété, droit de l’investissement, de l’arbitrage, de la terre et du travail aux contrats privés, licences et normes). Comment cette toile de droit fonctionne dans chaque cas est une question empirique, mais le point est que la loi façonne la création et prolifération de ces réseaux, contribuant ainsi à la production et distribution des récompenses économiques le long de ces chaînes.

La mise à niveau technologique et le déclassement social : une anomalie ?

Et voilà que nous en arrivons à la question de valeur dans les chaînes mondiales : l’hypothèse de ces rapports est que l’insertion des entreprises dans les chaînes de valeur mondiales et, en particulier, la capture de valeur, assureront le « développement » — par lequel ils signifie plus d’emplois et des revenus plus élevés pour les travailleurs. Cette hypothèse est problématique. non seulement parce qu’il y a peu de preuves qu’une mise à niveau technologique est en cours au-delà des économies émergentes dynamiques, mais aussi parce qu’une fois que nous quittons le royaume de les indicateurs quantitatifs, l’analyse qualitative nous indique que là où il se trouve qui se passe, la mise à niveau technologique s’accompagne souvent de soi-disant social le déclassement, c’est-à-dire la détérioration des conditions de travail et de vie. Dans d’autres mots, valeur considérée à la Porter comme innovation et produit une différenciation dont les fruits se déversent, générant des avantages pour tous, ne peut expliquer cette situation où la création de valeur est en fait une « réduction du bien-être ». JE suggèrent qu’un seul objectif pour donner un sens à la coexistence de la mise à niveau technologique et le déclassement social de ce que Danielsen appelle le « capitalisme de la chaîne de valeur » est fourni par les travaux sur reproduction sociale. La reproduction sociale est généralement associée à la reproduction biologique, y compris les services sexuels, affectifs et émotionnels ; la production non rémunérée de biens et de services à domicile et au sein de la communauté ; ainsi que la reproduction de la culture et de l’idéologie.

A lire également : Comment évaluer la rentabilité d'une entreprise ?

Valeur et reproduction sociale

Je m’inspire du travail de féministes anticapitalistes et post-coloniales qui ont identifié la séparation entre la sphère de la production économique et celle de la reproduction sociale, et le remaniement constant de leurs frontières, comme des caractéristiques essentielles du capitalisme. L’argument spécifique est qu’en faisant des activités de reproduction sociale — ainsi que le travail informel effectué par la majorité des gens dans le monde et la contribution de les ressources environnementales — invisibles ou les considérant comme moins productives de valeur, des profits peuvent être réalisés et des capitaux peuvent s’accumuler (voir aussi la contribution d’Oliver Schlaudt à ce symposium). Des études de cas, par exemple, ont montré que c’est le travail reproductif des femmes qui fournit « une subvention à la production dans le cadre des chaînes d’approvisionnement » permettant aux entreprises de réaliser une mise à niveau technologique. La deuxième raison pour laquelle ce travail est important est qu’il voit le rôle crucial que les divisions sociales et les hiérarchies ont joué dans les processus d’accumulation du capital : non seulement le genre, la sexualité et la classe sociale, mais aussi la race et la géographie ont été utilisées pour dévaloriser certains types de travail afin d’extraire de la valeur entre et à l’intérieur. pays. Si cet ensemble de travaux considère l’accumulation de capital comme une puissante logique d’organisation des relations économiques et sociales, ce n’est pas parce qu’il considère qu’il s’agit d’une force omniprésente ou englobante. Au contraire, comme l’ont souligné Mezzadra et Neilson, « il est nécessaire de conserver à la fois le capacités systématiques et différenciantes du capitalisme en vue », afin de comprendre comment la valeur (capitaliste) continue d’être produite malgré l’hétérogénéité qui caractérise les formes de travail, de production et de régulation, et malgré la présence simultanée de valeurs non capitalistes.

Avantage comparatif et Inégalités sociales

Ainsi conçu, un l’objectif de reproduction nous permet d’apprécier comment non seulement le développement actuel l’agenda de l’OMC, mais l’ensemble de l’appareil conceptuel du droit commercial international (et je dirais le droit économique international) sont construits exactement sur cette dynamique de l’exclusion ou de la dévaluation de la contribution que la reproduction sociale, les ressources informelles et informelles en matière de travail et d’environnement apportés à la transnationale production de valeur, y compris au sein de chaînes. Comment Alors ? Le droit commercial international est basé sur la croyance du libre-échange selon laquelle les pays commercent les uns avec les autres parce qu’ils présentent des avantages concurrentiels différents. Il est supposé qu’en conséquence de l’avantage concurrentiel, tous les pays gagnent d’échanger les uns avec les autres. Le problème de cette hypothèse est que le l’acquisition d’un avantage concurrentiel (la façon dont les entreprises ou les États sont en voie de devenir compétitif) est un processus déjà imprégné d’inégalités sociales. Les inégalités entre les sexes sur le marché du travail, comme Folbre l’a soutenu, sont la recherche d’un avantage concurrentiel en évitant de payer la totalité des coûts de reproduction de la population active. Par exemple, les entreprises peuvent embaucher des travailleurs ayant moins de responsabilités en matière de soins ; s’établir dans des juridictions où ils paient moins d’impôts pour soutenir le public la réglementation de l’éducation, des services de santé ou de l’environnement ; ou, pour éviter de subir ces « coûts », utilisent des contrats qui font peser la charge sur les entrepreneurs locaux.

Provocations : le droit et au-delà

Une optique de reproduction sociale montre que la façon dont les travailleurs et l’environnement sont traités et réglementés est constitutive de ce que nous appelons un avantage concurrentiel, plutôt que d’en être la conséquence ou l’externalité. Cela peut expliquer pourquoi un « déclassement social » a lieu même en cas de mise à niveau technologique et de capture de valeur. Ce n’est pas une anomalie ; il fait partie intégrante de la façon dont l’accumulation de capital se produit au sein des chaînes. En adoptant une optique de reproduction sociale, nous pouvons problématiser les hypothèses concernant les gains de l’avantage concurrentiel pour les travailleurs, l’environnement et les États entre le Nord et le Sud global et à l’intérieur de ceux-ci. Plus largement, une optique de reproduction sociale, comme l’une des nombreuses ressources conceptuelles, nous permet de faire deux choses : analytiquement, de critiquer les systèmes juridiques qui continuent d’ignorer la contribution que les ressources sociales en matière de reproduction, de travail informel/informel et de l’environnement apportent à la création transnationale, extraction et distribution de la valeur économique. Sur le plan politique, il peut nous permettre de faire valoir des revendications normatives sur les États, les entreprises et les institutions, par exemple en exigeant qu’ils reconnaissent la contribution. de ces ressources par le biais d’une réglementation différente du travail, de la fiscalité, des droits socio-économiques, de l’environnement, etc. Mais les revendications ne doivent pas nécessairement se limiter au domaine juridique, car le droit a également ses limites. Ils peuvent également être considérés comme des provocations visant à soutenir, permettre ou créer des processus alternatifs de création de valeur, par exemple par l’action collective et d’autres formes d’économie politique orientées vers l’action. La forme que ces arrangements alternatifs pourraient prendre dans chaque cas individuel est une question empirique, comme le montre le travail d’Amy Cohen. Un objectif de reproduction sociale offre la possibilité de rester attentif aux mécanismes qui permettent de produire de la valeur capitaliste à l’échelle mondiale, mais aussi à la pertinence d’autres valeurs, réellement existantes ou non, qui coexistent avec, même si elles sont masquées par, celles qui informent les facteurs socio-économiques actuels action. En effet, la reproduction sociale n’est pas seulement le domaine sur lequel le capital s’appuie pour extraire de la valeur, mais aussi le terrain sur lequel il faut luttent pour engendrer des processus de valorisation alternatifs.

ARTICLES LIÉS