Les identités numériques

carnet de recherche vie privée données personnelles identité numérique dispositif identitaire sciences de l'information et de la communication facebook google réseaux socionumériques

problématique de l’identité dans la démarche scientifique

Dans un travail de recherche, tout ce qu’on dit doit être prouvé, comme dans un procès. Il peut s’agir de faits et de preuves matérielles ou bien d’écrits émanent de chercheurs éminents.

Cette problématique liée à la recherche est doublement contraignante dans ce thème de l’identité numérique : en effet, je vais citer des individus dont l’identité ne m’apparaît que sur Internet, et rien ne me permettra de garantir la véracité de cette identité, ou la légitimité dans l’expertise avancée. Les risques d’usurpation ou de falsification sont augmentés.

La preuve par l’exemple.

J’ai voulu chercher une définition du terme ‘IDENTITÉS’. J’ai commencé par chercher sur un dictionnaire en ligne, puis sur une encyclopédie (Wikipédia).

  1. Le Centre Nationale de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), dictionnaire français en ligne donne une définition du terme1.
    Puis-je accepter d’emblée cette définition. Quels sont les acteurs à l’œuvre au sein du CNRTL ? Quelle légitimité ont-ils dans la lexicologie ?2
  2. Le site Wikipédia renvoie pour le mot-clé ‘IDENTITÉ‘ 3 homonymes, dans 3 catégories : psychologie, mathématiques et administration. Or, la page Identité_(psychologie) est notée suspecte par les modérateurs de Wikipédia car enfreignant le droit d’auteur3 : il s’agirait d’une recopie quasi intégrale du site inter.culturel.free.fr. Qui est l’auteur de la page sur Wikipédia ? Quelle légitimité a-t-il pour traiter un sujet ? Comment puis-je m’assurer de son niveau d’expertise ? Les questions restent les mêmes pour tous les rédacteurs internautes, y compris ceux du site Inter-Culturel.
  3. Le menu me dirige vers la section ‘Le collectif‘ où l’on peut lire deux choses :
    1. Nous dénonçons la croyance postulant que les différences biologiques innées conditionnent inévitablement l’accomplissement culturel et individuel.
    2. Afin de lutter contre toute les formes de xénophobie ou d’ethnocentrisme, l’association oeuvrera, autant que possible, à la valorisation et à la diffusion de toutes les cultures, et principalement des cultures des anciens pays colonisés, largement minorées et dévalorisées en Occident.

    Qui est ce nous ? A quel association fait-on référence ? Le WHOIS et quelques recherches sur Google renvoient le nom de Bruno  GOUTEUX :

    Bruno Gouteux, association Inter-Culturel, rédacteur en chef de la revue La Nuit rwandaise

    Qui est Bruno GOUTEUX ? Est-il l’auteur de l’article ‘IDENTITÉS’ ?
    Bruno GOUTEUX appartient à un collectif qui regroupe plusieurs sites : AdNauseamPropaglande, izuba.info et La Nuit rwandaise (ces 2 dernières étant aussi des maisons d’édition), dont le dénominateur commun est la dénonciation des crimes commis au Rwanda et l’implication de la France dans le génocide rwandais.
    Sur le site personnel((Notons au passage la diffusion de l’identité : dans l’URL = gouteux.bruno.free.fr, dans le titre = bruno-web.net.)), la compétence psychologique apparaît plus clairement. Mémoire de Master I soutenu à Toulouse-Le Mirail :

    Représentations sociales et construction identitaire :

    Les stratégies identitaires des jeunes adultes issus de l’immigration africaine et l’image qui leur est renvoyée par la société d’accueil sur leur groupe d’origine.

    Et c’est tout. Le travail4semble intéressant et à conserver, pour la bibliographie, des synthèses de définition, mais l’ensemble ne satisfait pas le critère d’expertise.

Ainsi, pour une requête a priori simple effectuée sur Internet apparaissent des problématiques liées au travail de recherche : identification des sources, légitimité de l’auteur, violation du droit d’auteur, objectivité, validation par les pairs, falsification, etc..

Ces problématiques révèlent un double enjeu :

  • pour la recherche en elle-même : on l’a dit, la démonstration scientifique repose sur l’exposition de preuves. Ici, il s’agit d’identité ; et chaque propos devra être identifié par son auteur. Un pseudo, un avatar, un email peuvent-ils suffire ?
  • pour le sujet de l’identité numérique : dans ce cas, comment valider les propos d’un individu qui se cache derrière un pseudo, un avatar, voire même un nom patronymique ? Quel protocole de ratification mettre en place pour chaque identité numérique ? Mais aussi : si l’identité numérique numérique sert à se cacher, n’est-ce pas une forme de viol ou d’atteinte à la vie privée que de chercher à savoir qui est derrière ?

Notes

  1. CNRTL. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales [en ligne]. Disponible sur : <http://www.cnrtl.fr/definition/identit%C3%A9>. Consulté le 14/08/2008.
  2. Créé par le CNRS, le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL) est adossé au laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF / CNRS – Nancy Université).

    Présentation et contributeurs.

  3. Wikipédia:Pages soupçonnées de violation de copyright/Identité (psychologie).<http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Pages_soup%C3%A7onn%C3%A9es_de_violation_de_copyright/Identit%C3%A9_(psychologie)>. Consulté le 14/08/2008
  4. au format PDF, 2199 ko :<http://gouteux.bruno.free.fr/textes/Memoire.pdf>. Consulté le 15/08/2008

Laisser un commentaire