Les identités numériques

carnet de recherche vie privée données personnelles identité numérique dispositif identitaire sciences de l'information et de la communication facebook google réseaux socionumériques

Je mets en ligne les deux diaporamas utilisés la semaine dernière, à Nancy puis Lyon

La valorisation des réseaux socionumériques dans la recherche académique, @URFIST Nancy #7/6/2011

L’identité numérique du chercheur, @URFIST Lyon, jeudi 9 juin 2011

2 commentaires pour 2 formations recherche et identité

  1. Aime38 dit :

    Merci pour ces remarquables présentations des problématiques des identités numériques.
    J’aurais tendance à affiner côtés blogs thématiques et réseaux sociaux spécialisés.
    J’ai peut-être lu trop rapidement, Plume est bien cité mais j’ai l’impression qu’il manque un débat autour des logiciels libres et le développement durable des connaissances. Les travaux de recherche s’appuient sur la veille et il y a donc un travail permanent de mémoire des connaissances antérieures ; autrement dit, les réseaux sociaux devraient assurer une forme d’immortalité numérique en quête d’omnipotence.

  2. Julien PIERRE dit :

    Oui, effectivement je n’aborde que très peu les logiques industrielles et leurs modèles économiques. A l’oral, je développe l’exemple de ning qui, une fois devenu payant, a motivé la migration d’utilisateurs vers des solutions non propriétaires. Ces solutions sont effectivement les seules garanties d’une compatibilité descendante.
    Quant aux réseaux sociaux numériques, il serait plus exact de parler de plateforme numérique de réseautage, car on se rend compte empiriquement en observant et s’impliquant dans ces outils qu’ils sont égocentrés, favorisant d’abord les intérêts de l’individu (en terme de valorisation sociale ou de récupération de données de recherche – biblio par exemple), au détriment de l’intérêt collectif : la communauté scientifique. Dans l’entre-deux, il y a les universités qui devenant des marques commerciales, essayent de construire un réseau pérenne (les alumni des business school).
    Concernant « l’immortalité », les archives ouvertes peuvent répondre à vos souhaits, ainsi qu’à celui d’une participation épistémologique (comme le dévoilent certains exemples de la 3ème partie).

Laisser un commentaire